La traversée des Grands Lacs en motoneige

Au bout d’une quarantaine de minutes, nous arrivâmes devant quatre grands tipis disposés en cercle. Charles m’expliqua que deux d’entre eux étaient réservés aux couchages, à raison de quatre par tente, un autre aux commodités et le dernier servait aux repas. Puis il me présenta Yves et Ethan, deux hommes aussi vigoureux que lui, déjà occupés à résoudre un problème électrique. – Nous avons installé un groupe électrogène un peu plus loin, dans un abri bétonné, pour avoir le courant dans les tipis, et le chauffage est assuré par des poêles à bois, comme chez moi. Plusieurs sites comme celui-ci sont aménagés sur tout le domaine, afin de permettre des haltes pour la nuit lorsque l’on fait le circuit complet qui dure trois jours. Je hochai la tête, impressionnée.

– Ce soir, continua-t-il, nous n’en aurons pas pour longtemps. Je devais surtout apporter du matériel. Tu veux m’aider ?

Une fois la remorque déchargée, Ethan nous invita à boire une bière avec eux avant qu’ils ne partent. Lorsqu’ils prirent la route, la nuit était tombée depuis longtemps. La lune éclairait légèrement l’obscurité de sa lumière douce, me permettant de voir une partie du lac, et le ciel était chargé de milliers d’étoiles, plus que je n’en avais jamais vu.

– Entends-tu la respiration de la forêt ? demanda Charles dans mon dos.

Au-delà du silence qui imprégnait les lieux, je percevais les bruits de la nature : le vent, les craquements dans les branches, les cris des animaux divers peuplant les bois…

Je resserrai les bras autour de ma poitrine, frissonnante. – C’est magnifique, répondis-je en me tournant vers le trappeur. A la lueur de la nuit, son regard brillait autant que les étoiles alentour. D’un pas en avant, je me collai contre lui.

– Tu as froid, dit-il en m’entourant de ses bras puissants. – Un peu…

– Retourne te réchauffer dans la tente. J’arrive dans une minute. Je suivis son conseil et gagnai le tipi. J’enlevai mes bottes et mon blouson, et m’approchai du poêle en ouvrant la fermeture Eclair de ma fourrure polaire afin d’y laisser pénétrer la chaleur. Un instant plus tard, j’entendis Charles entrer dans la tente. Je restai immobile face au feu.

Le trappeur vint se coller contre mon dos, m’enlaçant à nouveau. Je le laissai faire, randonnée motoneige Isola 2000 curieuse et impatiente de voir ce qu’il allait faire ensuite. Un frisson me parcourut lorsque ses lèvres se posèrent au creux de mon cou. J’inclinai la tête, le cœur battant, réclamant d’autres baisers. Sa barbe chatouillait ma peau, son souffle résonnait à mon oreille, et je fermai les paupières, enivrée par les sensations. Sa main se posa sur mon ventre, et le désir m’embrasa. Il y avait longtemps que des mains n’avaient pas parcouru mon corps. Trop longtemps. Je me retournai pour lui faire face. Eclairé par la lueur orangée des flammes, il était d’une beauté saisissante. Je plongeai ma main dans sa chevelure ébouriffée pour attirer son visage vers moi, et l’embrassai. Un baiser doux, suave, qu’il me rendit aussitôt avec la même délicatesse.

Lentement, il fit glisser ma polaire. Je ne ressentais plus le froid. Tout mon corps semblait brûler d’un feu nouveau que lui seul pouvait éteindre. Je le débarrassai à mon tour de sa chemise à carreaux matelassée. Il embrassa ma gorge, mes épaules, caressant mon dos avec des gestes d’une douceur infinie.

Aussi viril qu’il puisse être, cet homme était la tendresse incarnée. Il dégrafa mon soutien-gorge et je m’abandonnai à ses mains, à sa bouche, les tétons dressés de désir et le souffle court. Une fois nus, l’un et l’autre, il me souleva et me porta jusqu’au lit le plus proche. Tandis qu’il remettait une bûche dans le poêle, toujours aussi soucieux de mon bien-être, je détaillai son corps, saisie par la force tranquille qui s’en dégageait. Sa musculature était impressionnante, mais pas comme un culturiste qui soulève de la fonte. Son corps était vigoureux, robuste, le corps d’un homme habitué aux tâches difficiles.

Charles revint vers moi. La chaleur des flammes léchait ma peau, mais je brûlais pour une autre raison. Le trappeur s’allongea sur moi, m’enveloppant de ses bras. Son corps était lourd et étonnamment léger à la fois. Il sentait le miel, le bois, les épices, une odeur suave qui m’enivrait. Il m’embrassa profondément, me coupant le souffle, caressa mes seins, dévora mon cou de baisers. Je pouvais sentir l’ardeur de son désir à son sexe dressé contre mon ventre, à sa respiration haletante, mais il prenait son temps. Tous ses gestes étaient empreints de délicatesse.

– Fais-moi l’amour, murmurai-je à son oreille, n’y tenant plus. Son regard plongea dans le mien, me fixant avec intensité, tandis qu’il me pénétrait lentement. Je dus me mordre la lèvre pour ne pas crier de plaisir. J’enroulais mes jambes autour de ses hanches, prête pour entamer notre danse amoureuse.

A sa respiration lourde et régulière, je sus que Charles dormait profondément. Je me levai avec précaution pour ne pas le réveiller.

Mon trappeur m’avait fait l’amour deux fois avant de sombrer dans le sommeil. Attentionné et doux, il m’avait prodigué tant de délicieuses caresses que j’avais cru perdre la tête sous les vagues déferlantes d’un plaisir d’une intensité que je n’avais jamais connue auparavant.

Cette nuit, grâce à cet homme, je m’étais sentie femme à nouveau. Emmitouflée dans l’une des fourrures, je soulevai un pan de l’entrée du tipi. Les premiers rayons de soleil commençaient à poindre à l’horizon, mais je n’avais pas sommeil. Je profitai de la magie de l’instant, un sourire aux lèvres. Le paysage était magnifique.

Mieux comprendre l’immigration

Les États-Unis ont été façonnés par des vagues successives d’immigration depuis l’arrivée des premiers colons jusqu’à nos jours. L’immigration a de vastes répercussions sur la société et la culture, et ses effets économiques ne sont pas moins importants. En modifiant les niveaux de population et la croissance démographique, l’immigration augmente à la fois l’offre et la demande dans l’économie. Les immigrants sont plus susceptibles de travailler (et d’être en âge de travailler); ils ont également tendance à détenir des professions et des diplômes différents de ceux des autochtones. À la deuxième génération (les enfants d’immigrants nés dans le pays), cependant, les résultats économiques des communautés d’immigrants présentent une convergence frappante vers ceux des communautés autochtones.1
Ce document fournit un ensemble de faits économiques sur le rôle de l’immigration dans l’économie américaine. Il met à jour un document du Hamilton Project sur le même sujet (Greenstone et Looney 2010), tout en introduisant des données et des recherches supplémentaires. Nous décrivons les tendances de l’immigration récente (niveaux, statut juridique, pays d’origine et État de résidence américain), les caractéristiques des immigrants (éducation, professions et emploi) et les effets de l’immigration sur l’économie (production économique, salaires , innovation, ressources fiscales et criminalité).
En 2017, les immigrants représentaient près de 14% de la population américaine, une forte augmentation par rapport aux taux historiquement bas des années 1960 et 1970, mais un niveau couramment atteint au 19e siècle. Étant donné les taux de natalité relativement bas des Américains nés au pays, les immigrants et leurs enfants assurent désormais l’essentiel de la croissance démographique nette aux États-Unis.
Ces faits fondamentaux suggèrent que les immigrants jouent un rôle plus important dans l’économie américaine. Ce rôle n’est pas exactement le même que celui des Américains nés au pays: les immigrants ont tendance à occuper différents emplois avec différents niveaux de compétence. Cependant, malgré la taille de la population née à l’étranger, les immigrants ont généralement un impact relativement faible sur les salaires des travailleurs nés au pays. Dans le même temps, les immigrants ont généralement des effets positifs à la fois sur les finances publiques et sur l’innovation qui mène à la croissance de la productivité.
La politique d’immigration fait souvent l’objet de vifs débats pour diverses raisons qui n’ont pas grand-chose à voir avec une évaluation minutieuse des preuves. Au Hamilton Project, nous avons présenté cet ensemble de faits pour aider à fournir une base de preuves pour les discussions politiques qui est dérivée des données et de la recherche.

Fait 1: La part de la population américaine née à l’étranger est revenue à son niveau de la fin du XIXe siècle.
Les immigrants ont toujours fait partie de l’histoire américaine, bien que l’immigration ait augmenté et diminué au fil du temps. L’immigration au cours de la seconde moitié du XIXe siècle a porté la part de la population née à l’étranger à 14%. À partir des années 1910, cependant, l’immigration aux États-Unis a chuté brusquement et la part de la population née à l’étranger a atteint un creux historique de 4,7% en 1970.
Cette baisse s’est produite en grande partie à cause de changements de politique qui ont limité l’immigration aux États-Unis. À partir de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, des politiques dirigées contre les immigrants de certains pays – par exemple, la Chinese Exclusion Act de 1882 -, le gouvernement fédéral a ensuite mis en place des quotas nationaux complets et d’autres restrictions, réduisant ainsi les flux d’immigration totaux de plus d’un million d’immigrants par an à la fin des années 1910 à seulement 165 000 en 1924 (Abramitzky et Boustan 2017; Martin 2010). Les turbulences économiques pendant la Grande Dépression et les deux guerres mondiales ont également contribué à la baisse de l’immigration et à une diminution de la fraction née à l’étranger au milieu du 20e siècle (Blau et Mackie 2017).
Dans la seconde moitié du 20e siècle, une série de réformes de l’immigration, notamment la loi de 1965 sur l’immigration et la nationalité, ont abrogé les quotas d’origine nationale et mis en œuvre des politiques de regroupement familial et d’immigration qualifiée. En 1986, une amnistie a été accordée à de nombreuses personnes vivant aux États-Unis sans papiers (Clark, Hatton et Williamson 2007). L’immigration non autorisée était estimée à environ 500000 au début des années 2000, mais a depuis fortement chuté pour atteindre un afflux net à peu près nul (Blau et Mackie 2017).
La fraction de la population née à l’étranger a augmenté régulièrement de 1970 à son niveau de 13,7% en 2017. De 2001 à 2014, l’immigration légale a atteint environ 1 million par an, marquant un retour au niveau du début du 20e siècle, mais représentant désormais une part beaucoup plus petite de la population totale des États-Unis. Aujourd’hui, la population née à l’étranger varie considérablement d’un État à l’autre, allant de moins de 5% dans certaines parties du Sud-Est et du Midwest à plus de 20% en Californie, en Floride, au New Jersey et à New York (Bureau of Labor Statistics BLS 2017 ; calculs des auteurs).
Fait 2: La part croissante des personnes nées à l’étranger est due à la fois aux flux d’immigration et à la faible fécondité des personnes nées au pays.
Bien que la fraction née à l’étranger ait atteint son niveau de la fin du XIXe siècle, le taux de migration nette n’est que la moitié de celui qui prévalait vers 1900 (Blau et Mackie 2017). Avec la baisse de la croissance de la population née au pays ces dernières années, même une diminution du niveau de migration nette a suffi à augmenter la fraction née à l’étranger (voir figure 2a).
La figure 2b montre que la croissance récente du nombre d’enfants d’âge moyen d’immigrants s’est maintenue à plus de 3%, soutenant la croissance globale de la population américaine. En revanche, le taux de croissance démographique des enfants d’âge mûr de parents autochtones est passé d’une moyenne de 0,2% au cours de la période 1995-2005 à une moyenne de -0,5% au cours de la période 2006-17. La croissance démographique des immigrants de première génération reste relativement élevée – 1,8% en moyenne de 2006 à 2017 – mais a diminué à mesure que le solde migratoire a ralenti. Ainsi, l’augmentation continue de la part de la population née à l’étranger depuis 1990 ne reflète pas une augmentation de l’immigration mais plutôt un ralentissement du taux de migration combiné à un ralentissement de la croissance de la population d’enfants autochtones.
De 1960 à 2016, l’indice synthétique de fécondité est passé de 3,65 à 1,80 (Banque mondiale s.d.). Les démographes et les économistes pensent que cette baisse est due à un ensemble de facteurs, notamment un meilleur accès à la technologie contraceptive, l’évolution des normes et l’augmentation du coût d’opportunité de l’éducation des enfants (Bailey 2010). À mesure que les opportunités des femmes sur le marché du travail s’améliorent, l’éducation des enfants devient relativement plus chère. Feyrer, Sacerdote et Stern (2008) notent que dans les pays où les femmes ont des options extérieures mais où les hommes partagent peu les responsabilités de garde d’enfants, la fécondité a encore plus baissé.
La croissance démographique est importante pour la stabilité budgétaire et une croissance économique robuste. La sécurité sociale et l’assurance-maladie deviennent plus difficiles à financer à mesure que la population en âge de travailler diminue par rapport à la population âgée. (Voir le fait 11 pour une discussion plus large des impacts fiscaux des immigrants.) De plus, la croissance économique globale dépend dans une large mesure d’une croissance de la main-d’œuvre (voir le fait 8).
Fait 3: Environ les trois quarts de la population née à l’étranger sont des citoyens naturalisés ou des résidents autorisés.
Les immigrants arrivent aux États-Unis de nombreuses façons et participent à la vie économique et sociale de ce pays. En 2014, de nombreux membres de la population née à l’étranger avaient obtenu la citoyenneté américaine (43,6%), tandis que d’autres avaient le statut de résident permanent légal (26,9%), et d’autres encore étaient des résidents temporaires autorisés à vivre dans le pays (4,0%). On estime que les 25,5% restants de résidents nés à l’étranger sont des immigrants non autorisés, comme le montre la figure 3. Ce chiffre est en baisse par rapport aux 28% estimés en 2009 (Passel et Cohn 2011).
Les immigrants non autorisés font l’objet d’une attention intense en matière de politique et de recherche. Certaines caractéristiques de ces immigrants peuvent être surprenantes: par exemple, plus de 75% de tous les immigrants non autorisés vivent aux États-Unis depuis plus de 10 ans. Cela représente une forte augmentation par rapport à 2007, où environ 44,5% étaient des résidents d’au moins 10 ans. De plus, on estime que seulement 18,9% des immigrants non autorisés ont 24 ans ou moins et 75,1% sont dans le groupe d’âge actif (25-54) (Baker, 2017).
Une attention particulière a également été accordée à ceux qui sont entrés aux États-Unis en tant qu’enfants, notamment la politique d’action différée pour les arrivées d’enfants (DACA) introduite en 2012 pour accorder un statut juridique partiel temporaire à ceux qui sont venus aux États-Unis en tant qu’enfants, qui sont maintenant âgés de 15 à 31 ans, qui n’ont commis aucun crime et qui se trouvent aux États-Unis depuis 2007 sans interruption. Environ 800 000 personnes ont utilisé le programme et selon les estimations, 1,3 million de personnes étaient éligibles (environ 10% de la population sans papiers) ( Robertson 2018). D’autres projets de loi – l’American Hope Act – pourraient toucher jusqu’à 3,5 millions de personnes (un tiers de la population sans papiers) (Batalova et al. 2017).
Les conditions de résidence des immigrants sont importantes pour leurs résultats sur le marché du travail et potentiellement pour leurs effets sur les travailleurs nés au pays. Sans statut et documents autorisés, les résidents nés à l’étranger ont probablement peu de pouvoir de négociation sur le marché du travail et sont exposés à un risque plus élevé de mauvais traitements (Shierholz 2018).
Fait 4: 80% des immigrants viennent aujourd’hui d’Asie ou d’Amérique latine, tandis qu’en 1910, plus de 80% des immigrants venaient d’Europe.
Les pays d’origine des immigrants aux États-Unis ont radicalement changé au cours du siècle dernier. La figure 4a montre qu’au début du 20e siècle, la grande majorité des migrants entrant aux États-Unis venaient d’Europe. (La superficie des rectangles représente 100% de la population totale née à l’étranger chaque année.) Bien que les immigrants soient majoritairement originaires d’Europe occidentale, un nombre important est également arrivé d’Europe orientale et de Scandinavie. Aujourd’hui, la composition des immigrants américains est très différente: près de 60% des personnes nées à l’étranger ont émigré du Mexique (qui ne représentait que 1,6% des personnes nées à l’étranger en 1910) ou des pays asiatiques (qui ne représentaient que 1,4% en 1910 ).
L’Inde et la Chine représentent désormais la part la plus importante (6,5 et 4,7% de tous les immigrants, respectivement) parmi les immigrants asiatiques, tandis qu’El Salvador (3,4%) et Cuba (2,9%) sont les principaux pays d’origine d’Amérique latine (après le Mexique). En 2017, les immigrants en provenance d’Allemagne représentent la plus grande part des immigrants européens (seulement 1,1% de tous les immigrants).
Bien que les pays d’origine puissent être différents, il existe une certaine similitude dans la situation économique des pays d’origine en 1910 et aujourd’hui. Le PIB par habitant de l’Irlande et de l’Italie en 1913 était respectivement de 45,4 et 33,7% du revenu par habitant des États-Unis en 1913, mais aujourd’hui, le PIB par habitant d’Europe occidentale est beaucoup plus proche du niveau américain.2 En 2016, le revenu par habitant du Mexique était de 29,8% du revenu par habitant aux États-Unis (Bolt et al.2018). À l’époque, comme aujourd’hui, un grand nombre d’immigrants étaient attirés par des opportunités économiques relativement fortes aux États-Unis (Clark, Hatton et Williamson 2007).

Fait 5: Les immigrants sont 4 fois plus susceptibles que les enfants de parents nés au pays d’avoir moins qu’un diplôme d’études secondaires, mais sont presque deux fois plus susceptibles d’avoir un doctorat.
Le niveau de scolarité des immigrants est beaucoup plus variable que celui des personnes nées dans le pays: il y a plus d’immigrants avec moins qu’un diplôme d’études secondaires, mais aussi plus d’immigrants avec une maîtrise ou un doctorat (par rapport aux enfants de parents nés au pays), comme le montre la figure 5. Cela reflète la diversité des antécédents qui caractérisent les immigrants. Aux États-Unis, 58,0% de toutes les personnes nées à l’étranger aux premiers âges titulaires d’un diplôme d’études postsecondaires sont originaires de pays asiatiques, tandis que 51,2% de toutes les personnes nées à l’étranger aux premiers âges titulaires d’un diplôme d’études secondaires ou moins sont du Mexique (BLS 2017 ; calculs des auteurs).
Les immigrants aux États-Unis sont probablement plus positivement sélectionnés en fonction de leur éducation et de leurs perspectives de réussite sur le marché du travail par rapport aux non-immigrants (Abramitzky et Boustan 2017; Chiswick 1999). Cette sélection peut avoir augmenté depuis 2000, avec une croissance disproportionnée de la population née à l’étranger très instruite (Peri 2017). Quelques caractéristiques des États-Unis contribuent à cette tendance: premièrement, le filet de sécurité sociale relativement limité dont disposent les immigrants fait des États-Unis une destination moins attrayante pour ceux qui ont de mauvaises perspectives sur le marché du travail. Deuxièmement, les États-Unis se caractérisent par plus d’inégalités salariales que de nombreuses autres destinations, avec des récompenses plus élevées pour les travailleurs hautement qualifiés que pour les travailleurs peu qualifiés. Troisièmement, le coût élevé de la migration (dû en grande partie à la distance physique séparant les États-Unis de la plupart des pays d’origine) décourage de nombreux candidats à l’immigration qui ne s’attendent pas à de grands retours sur le marché du travail (Borjas 1999; Clark, Hatton et Williamson 2007; Fix et Passel 2002).
Quelles que soient les caractéristiques de leurs parents, les enfants d’immigrants ont tendance à atteindre des résultats scolaires similaires à ceux des autochtones, mais avec des taux de diplômes universitaires et postuniversitaires supérieurs à ceux observés pour les enfants des autochtones (Chiswick et DebBurman 2004) .3 Par exemple, figure 5 montre que les enfants d’immigrants reçoivent tous les diplômes à peu près au même rythme que les enfants de parents autochtones, bien que les premiers aient une propension légèrement plus élevée à avoir soit moins qu’un diplôme d’études secondaires ou un diplôme supérieur.
Fait 6: Les immigrants sont beaucoup plus susceptibles que les autres d’occuper des emplois dans la construction ou les services, mais les enfants d’immigrants occupent à peu près les mêmes professions que les enfants des autochtones.
Les différences dans les résultats scolaires des Américains nés à l’étranger et nés dans le pays s’accompagnent de différences professionnelles. Les barres bleu foncé et vert clair de la figure 6 montrent la fraction de travailleurs immigrés et d’enfants de travailleurs nés dans le pays, respectivement, dans un groupe professionnel donné. Les travailleurs immigrants sont 39% moins susceptibles de travailler dans des postes de bureau et de soutien administratif et 31% moins susceptibles de travailler dans la gestion, tout en étant 113% plus susceptibles de travailler dans la construction.
Dans le même temps, les travailleurs immigrants représentaient 39% de l’augmentation globale de l’emploi dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM) de 1980 à 2010, atteignant 29% des travailleurs STEM en 2010. En revanche, les les travailleurs nés avaient tendance à accéder à des professions nécessitant plus de communications et de compétences interpersonnelles (Jaimovich et Siu 2017). Parmi les immigrants hautement qualifiés, le degré de maîtrise de l’anglais prédit le choix professionnel (Chiswick et Taengnoi 2008).
Un autre obstacle à l’entrée dans certaines professions réside dans les exigences en matière de permis d’exercice, ce qui peut obliger les immigrants à effectuer une duplication coûteuse de la formation et de l’expérience (Maison Blanche 2015).
Les écarts illustrés à la figure 6 tendent à diminuer d’une génération à l’autre. Il n’y a presque pas de différences appréciables dans les professions entre les enfants d’immigrés et les enfants d’autochtones.
Le comportement entrepreneurial des personnes nées à l’étranger et natives semble également similaire. Bien que les immigrants soient plus susceptibles d’être des travailleurs autonomes, ils ne sont pas plus susceptibles de créer des entreprises avec un emploi important: les travailleurs immigrés à chaque niveau d’éducation sont à peu près aussi susceptibles que les personnes nées au pays de posséder des entreprises qui emploient au moins 10 travailleurs (BLS 2017 ; calculs des auteurs).
Fait 7: Les hommes nés à l’âge adulte travaillent à un taux plus élevé que les hommes nés dans le pays, mais les femmes nées à l’étranger travaillent à un taux plus faible que les femmes nées dans le pays.
Les immigrants de 16 ans et plus travaillent à un taux plus élevé que les personnes nées dans le pays (BLS 2017; calculs des auteurs), mais cela contredit les différences marquées selon l’âge et le sexe, et nous nous concentrons donc séparément sur les hommes et les femmes d’âge moyen. En 2017, les hommes nés à l’étranger au premier âge (25 à 54 ans) travaillaient à un taux de 3,4 points de pourcentage supérieur à ceux des hommes nés au premier âge, tandis que les femmes nées à l’étranger au premier âge travaillaient à un taux de 11,4 points de pourcentage inférieurs à ceux des les femmes nées en âge avancé. Pour les immigrants sans papiers, cette divergence entre l’emploi masculin et féminin est encore plus prononcée (Borjas 2017).
Les femmes, qu’elles soient nées à l’étranger ou natives, sont confrontées à d’importants obstacles économiques, politiques et culturels à l’emploi (Black, Schanzenbach et Breitwieser 2017). Ces obstacles peuvent être plus importants pour les femmes nées à l’étranger que pour les autochtones. De plus, certains immigrants viennent de cultures où les femmes sont moins susceptibles de travailler à l’extérieur du foyer (Antecol 2000).
La figure 7 montre comment les taux d’emploi des personnes nées à l’étranger et dans le pays ont évolué au cours des 20 dernières années. Les niveaux d’emploi relativement stables nés à l’étranger reflètent les forces compensatoires de l’augmentation de la participation au marché du travail pour une cohorte donnée, car elle passe plus de temps aux États-Unis ainsi que l’arrivée de nouvelles cohortes d’immigrants. Pour les hommes et les femmes immigrés, les heures travaillées et les salaires ont tendance à s’améliorer rapidement à l’entrée aux États-Unis (Blau et al. 2003; Lubotsky 2007).
Les taux d’emploi des personnes nées à l’étranger peu qualifiées sont considérablement plus élevés que ceux des autochtones. Par exemple, 72,8% des adultes nés à l’étranger au premier âge et titulaires d’un diplôme d’études secondaires ou moins ont un emploi (hommes et femmes combinés), contre 69,5% pour leurs homologues nés dans le pays. L’écart est beaucoup plus important pour les personnes sans diplôme d’études secondaires: 70,3% des personnes nées à l’étranger sont employées et seulement 53,1% des personnes nées au pays sont employées (BLS 2017; calculs des auteurs).

Fait 8: La production dans l’économie est plus élevée et croît plus rapidement avec plus d’immigrants.
Les chercheurs et les analystes s’accordent largement sur le fait que l’immigration augmente la production économique totale (Borjas 2013; Congressional Budget Office CBO 2013). En augmentant le nombre de travailleurs sur le marché du travail, les immigrants améliorent la capacité de production de l’économie américaine. Une estimation suggère que la contribution annuelle totale des travailleurs nés à l’étranger est d’environ 2 000 milliards de dollars, soit environ 10% du PIB annuel (Blau et Mackie 2017 citant Borjas 2013); la contribution des immigrants non autorisés est estimée à environ 2,6% du PIB (Edwards et Ortega 2016; calculs des auteurs). Comme le montre la figure 8, fournir un statut documenté à de nombreux immigrants non autorisés actuels (ce qui devrait augmenter leur productivité en permettant un meilleur appariement des emplois) et permettre plus d’immigration augmenterait la croissance annuelle du PIB de 0,33 point de pourcentage au cours de la prochaine décennie, tout en supprimant tous les immigrants non autorisés actuels réduirait la croissance annuelle du PIB de 0,27 point de pourcentage au cours de la même période (CBO 2013, 2018; Penn Wharton Budget Model 2017).
Les effets économiques des nouveaux travailleurs sont probablement différents à court et à long terme. À court terme, une augmentation ou une diminution importante du nombre d’immigrants provoquerait probablement des perturbations: une augmentation pourrait submerger les infrastructures disponibles ou exercer une pression à la baisse sur les salaires des travailleurs nés dans le pays jusqu’à ce que l’accumulation de capital ou l’utilisation des technologies puissent s’adapter (Borjas 2013) , tandis qu’une diminution pourrait nuire aux entreprises ayant des besoins en personnel fixes ou conduire à une sous-utilisation des logements et autres capitaux similaires (Saiz 2007; Maison Blanche 2013).
Les immigrants et les autochtones ne sont pas parfaitement interchangeables en termes d’effets économiques: les immigrants apportent un mélange de compétences quelque peu différent sur le marché du travail que les travailleurs autochtones, comme expliqué précédemment dans ce document. L’immigration hautement qualifiée est particulièrement susceptible d’accroître l’innovation (voir le fait 10). Outre ces effets sur l’offre, les immigrants génèrent également une demande de biens et de services qui contribuent à la croissance économique.
Cependant, ces effets positifs sur l’innovation et la croissance ne signifient pas nécessairement qu’une immigration supplémentaire augmente le revenu par habitant aux États-Unis (Friedberg et Hunt, 1995). Par exemple, si les travailleurs immigrants étaient en moyenne moins productifs que les travailleurs nés dans le pays, une immigration supplémentaire réduirait le PIB par habitant tout en augmentant la production économique totale. De même, l’immigration peut ou non conduire à de meilleurs résultats pour les travailleurs autochtones et pour les finances du gouvernement américain; nous discutons des deux préoccupations dans des faits ultérieurs. La plupart des estimations suggèrent que l’immigration a un léger impact positif sur le PIB au-delà du revenu des immigrants eux-mêmes (Blau et Mackie 2017; Borjas 2013).
Fait 9: La plupart des estimations montrent un faible impact de l’immigration sur les salaires des natifs peu qualifiés.
Il n’est pas contesté que les immigrants augmentent à la fois la main-d’œuvre et la production économique. Cependant, il est moins évident que les immigrants puissent baisser les salaires de certains travailleurs nés au pays (Friedberg et Hunt 1995). En particulier, les travailleurs nés dans le pays à bas salaires devraient souffrir de l’augmentation de l’offre de main-d’œuvre étrangère peu qualifiée, étant donné que de nombreux immigrants ont tendance à avoir des compétences inférieures à celles de l’ensemble de la population autochtone (voir figure 5).
D’autres ajustements pourraient atténuer cet impact. Les entreprises pourraient réorganiser leurs opérations pour accueillir plus de travailleurs et produire une production proportionnellement plus importante, en particulier à long terme (Friedberg et Hunt, 1995). Les entreprises semblent ajuster la technologie et le capital en fonction de l’immigration et de la combinaison de compétences de la population locale (Lewis 2011). Les travailleurs nés à l’étranger et nés dans le pays peuvent être des substituts imparfaits, même s’ils ont des antécédents éducatifs similaires (Ottaviano et Peri 2012).
De plus, l’impact des immigrants peu qualifiés peut être dilué (c’est-à-dire partagé sur l’ensemble du marché du travail national) à mesure que les travailleurs et les entreprises autochtones réagissent en se réorganisant dans le reste du pays (Card 1990). Les travailleurs nés à l’étranger semblent être particulièrement sensibles aux chocs économiques lorsqu’ils recherchent un emploi: les hommes mexicains peu qualifiés sont plus susceptibles de se diriger vers des pays où les perspectives du marché du travail s’améliorent (Cadena et Kovak 2016). Enfin, les immigrants – peu ou hautement qualifiés – contribuent à la demande de main-d’œuvre ainsi qu’à l’offre de main-d’œuvre dans la mesure où ils consomment des biens et des services en plus de devenir des entrepreneurs (Maison Blanche 2013).
C’est donc une question empirique de savoir si l’immigration peu qualifiée fait réellement baisser les salaires des autochtones peu qualifiés. Le consensus de la littérature empirique est que cela ne se produit pas dans une large mesure (voir la figure 9, qui présente les estimations utilisées dans le rapport de consensus des National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine). La plupart des estimations de la figure 9 montrent un impact sur les salaires des natifs peu qualifiés de 0% à -1%. Une autre estimation récente de l’impact sur les autochtones peu qualifiés (Ottaviano et Peri 2012) a estimé un impact légèrement positif sur les salaires (entre 0,6 et 1,7%). En outre, les impacts sur les salaires des travailleurs nés dans le pays ayant un niveau de scolarité plus élevé sont généralement estimés positifs, de sorte que la plupart des estimations trouvent que l’impact global sur les travailleurs autochtones est positif (Blau et Mackie 2017; Kerr et Kerr 2011; Ottaviano et Peri 2012) .

Fait 10: L’immigration hautement qualifiée accroît l’innovation.
Comme nous l’avons vu dans le fait 6, le type de travail des immigrants est souvent différent de celui des travailleurs nés au pays. En particulier, les immigrants sont plus susceptibles de posséder un diplôme d’études collégiales et supérieures, et plus susceptibles de travailler dans des domaines STEM. Cela entraîne à son tour une contribution disproportionnée des immigrants à l’innovation.
L’acquisition de brevets est un proxy utile pour l’innovation. Les immigrants aux États-Unis ont tendance à générer plus de technologies brevetables que les autochtones: bien qu’ils ne représentent que 18% des 25 ans et plus, les immigrants obtiennent 28% des brevets de haute qualité (définis comme ceux accordés par les trois principaux offices de brevets). Les immigrants sont également plus susceptibles de devenir des lauréats du prix Nobel de physique, chimie et physiologie ou médecine (Shambaugh, Nunn et Portman 2017).
Présentant des estimations de Hunt et Gauthier-Loiselle (2010), la figure 10a montre l’impact direct des immigrants hautement qualifiés sur les brevets par habitant en fonction de leur plus grande propension à breveter. L’augmentation de la proportion d’immigrants ayant fait des études collégiales dans la population d’un point de pourcentage augmente les brevets par habitant de 6%. Cet impact est environ deux fois plus important pour ceux qui ont des diplômes avancés.
La figure 10b montre l’impact total – qui comprend à la fois l’impact direct et les retombées sur la productivité des travailleurs nés au pays – d’une augmentation de la part des immigrants hautement qualifiés dans la population. Hunt et Gauthier-Loiselle constatent que les retombées sont importantes et positives. Une augmentation d’un point de pourcentage de la proportion d’immigrants titulaires d’un diplôme universitaire ou d’un diplôme d’études supérieures dans la population américaine devrait produire une augmentation de 12,3% ou 27,0% du nombre de brevets par habitant, respectivement.
Dans un examen des étudiants diplômés nés à l’étranger, Chellaraj, Maskus et Mattoo (2008) trouvent également des retombées positives pour l’innovation née dans le pays. La recherche examinant les fluctuations à court terme du nombre de visas H-1B conclut de la même manière que les immigrants contribuent à l’innovation globale, bien que les estimations des retombées pour les activités innovantes des travailleurs nés au pays soient plus petites ou inexistantes (Kerr et Lincoln 2010).
Fait 11: Les immigrants contribuent positivement aux finances publiques à long terme, et les immigrants hautement qualifiés apportent des contributions particulièrement importantes.
Avec leur système compliqué de taxes et de transferts, les États-Unis sont touchés de différentes manières par l’arrivée d’immigrants. La figure 11 fournit des estimations des impacts fiscaux des immigrants (y compris les impacts fiscaux de leurs descendants), présentés séparément par niveau de scolarité. Ces estimations comprennent les dépenses directes des particuliers par le biais du filet de sécurité sociale ou d’autres programmes ainsi que les impôts payés. Les estimations n’incluent pas les dépenses publiques dans des catégories comme la sécurité publique, la défense nationale et les intérêts sur la dette, car ces dépenses n’augmentent pas nécessairement à mesure que la population augmente. Si ces dépenses étaient incluses, l’impact fiscal de chaque catégorie de travailleurs nés à l’étranger et nés dans le pays serait plus négatif, mais la tendance générale resterait la même.
Les travailleurs ayant plus d’éducation et des salaires plus élevés ont tendance à payer plus d’impôts par rapport à leur utilisation des programmes gouvernementaux, et cela se reflète dans les impacts fiscaux plus positifs des individus hautement qualifiés. En examinant séparément les implications sur les revenus et les dépenses, la majeure partie de la variation de l’impact fiscal des immigrants d’un niveau d’éducation à l’autre est due aux différences dans le montant des impôts payés (Blau et Mackie 2017, 444-60). De plus, les immigrants récents ont eu tendance à avoir de meilleurs résultats sur le marché du travail que l’ensemble de la population immigrée; cela est en partie dû au fait que les arrivées plus récentes sont mieux instruites, ce qui leur donne un impact budgétaire encore plus positif (Orrenius 2017).
Dans l’ensemble des catégories d’enseignement, la population née à l’étranger aurait un impact fiscal légèrement plus positif dans presque toutes les catégories. Pour la population née à l’étranger dans son ensemble, les dépenses par habitant pour l’assistance sociale en espèces, le programme d’assistance nutritionnelle supplémentaire (SNAP; anciennement connu sous le nom de programme de bons d’alimentation), le revenu de sécurité supplémentaire (SSI), Medicaid, Medicare et la sécurité sociale sont tous inférieur à celui des personnes nées dans le pays, même en restreignant la comparaison aux personnes admissibles à l’âge et au revenu (Nowrasteh et Orr 2018).
Fait 12: L’immigration aux États-Unis n’augmente pas les taux de criminalité.

Les immigrants aux États-Unis sont considérablement moins susceptibles que les autochtones de commettre des délits ou d’être incarcérés. Comme le montre la figure 12a, les immigrants récents sont beaucoup moins susceptibles d’être placés en établissement (un indicateur indirect de l’incarcération qui inclut également ceux des établissements de soins de santé comme les établissements psychiatriques, les hôpitaux et les centres de traitement de la toxicomanie) à tous les âges.
Pourquoi les immigrants ont-ils moins d’interactions avec le système de justice pénale? Les immigrants sont soumis à divers types de filtrage formel et informel. En d’autres termes, les institutions et les incitations incitent souvent les États-Unis à accueillir des migrants qui sont avantagés par rapport à leurs homologues du pays d’origine (Abramitzky et Boustan 2017) et moins disposés à commettre des délits. Au moment de l’analyse de Butcher et Piehl, l’expulsion n’était pas un facteur majeur; c’est plutôt l’auto-sélection des immigrants à faible propension à la criminalité aux États-Unis qui semble avoir été le moteur (Butcher et Piehl 2007) 4.
Il y a une mise en garde importante à ce propos: les immigrants récents ont eu moins de temps pour être arrêtés et emprisonnés aux États-Unis que les autochtones. En d’autres termes, il peut y avoir un écart un peu plus petit dans leur activité criminelle par rapport aux autochtones, mais le système de justice pénale américain a eu moins de temps pour les détenir et les incarcérer (Butcher et Piehl 2007). La figure 12b examine donc plus spécifiquement les interactions de la justice pénale entre les adultes nés au pays et nés à l’étranger sur une période de temps plus étroite. Il montre que les immigrants de 30 à 36 ans sont moins susceptibles d’avoir été récemment arrêtés, incarcérés, inculpés ou condamnés pour un crime par rapport aux autochtones, confirmant le schéma plus large de la figure 12a. La recherche examinant la variation quasi aléatoire de l’immigration mexicaine n’a également trouvé aucun effet causal sur les taux de criminalité aux États-Unis (Chalfin 2014).
En plus de la question plus large de la façon dont les immigrants en tant que groupe affectent les taux de criminalité et d’incarcération, il est important de comprendre comment les changements dans le statut juridique des immigrants peuvent affecter les résultats de la justice pénale. Les preuves suggèrent que l’octroi du statut de résident légal aux immigrants non autorisés entraîne une réduction de la criminalité (Baker 2015). Cela est associé à l’amélioration des possibilités d’emploi des immigrants et à une augmentation correspondante du coût d’opportunité de la criminalité. À l’inverse, restreindre l’accès à un emploi légal pour les immigrants non autorisés entraîne une augmentation du taux de criminalité, en particulier pour les infractions qui contribuent à générer des revenus (Freedman, Owens et Bohn 2018). Au total, l’immigration non autorisée ne semble pas avoir d’effet significatif sur les taux de crimes violents (Green 2016; Light et Miller 2018).

Quand on doit négocier un prêt

La seule pensée de marchander, peu importe ce pour quoi vous marchandez, crée un afflux écrasant d’anxiété chez un nombre surprenant d’individus. Et même si certains types de personnalité sautent sur la possibilité de conclure un accord, la plupart d’entre nous évitent de négocier quoi qu’il arrive. Mais discuter des capacités peut être appris. Et savoir comment faire du troc lorsque vous achetez un nouveau véhicule, faites une offre sur la maison, demandez un câble moins cher ou des dépenses Internet, Keyliance ou planifiez un mariage peut vous faire économiser beaucoup d’argent. Voici comment obtenir ce que vous voudriez, pour le prix que vous êtes digne. (Pour des techniques pour discuter de pratiquement n’importe quoi, voir Comment marchander pour presque n’importe quoi.) Une nouvelle voiture Offrir des pénuries et une forte demande font grimper les prix des voitures. Le prix typique d’une voiture neuve a atteint un record de 41 378 $ en août, soit un bond de 16 % par rapport à l’année précédente, selon J.D. Energy. Les constructeurs automobiles ont déjà du mal à fabriquer suffisamment de véhicules en raison d’une pénurie de puces informatiques et d’autres aspects liés à la pandémie. Néanmoins, il est possible de discuter avec les concessionnaires de voitures neuves, déclare Ronald Montoya, rédacteur en chef des conseils aux consommateurs chez l’analyste commercial Edmunds. (Pour les stratégies d’achat d’une voiture d’occasion, consultez Conseils pour obtenir une bonne affaire sur une voiture d’occasion.) Soyez flexible avec les fonctionnalités. Dans un marché équilibré, vous êtes mieux placé pour troquer un véhicule qui a toutes les fonctions que vous souhaitez, mais ce n’est pas le cas aujourd’hui. Cependant, vous pouvez évaluer un accord si vous êtes flexible sur les options. « Pour le moment, vous devrez peut-être être un peu moins pointilleux si vous souhaitez négocier un prix d’achat réduit », déclare Joe Wiesenfelder, rédacteur en chef professionnel de Cars.com. « Opter pour une couleur moins connue peut également vous faire économiser quelques 100 dollars », ajoute-t-il. Comparez des pommes avec des pommes. Dresser les vendeurs les uns contre les autres est une stratégie éprouvée, dit Wiesenfelder, mais avant de commencer à regarder autour de vous, assurez-vous de savoir quel degré de finition et quels choix sont vos incontournables pour vous permettre d’obtenir des estimations comparables. « Demandez le prix extérieur le plus bas du concessionnaire », déclare Montoya. Demandez également une ventilation des frais et posez des questions si vous ne savez pas à quoi sert une charge. Discutez du prix de vente avant de vous décider à parler de financement. Plus de la moitié des revenus du concessionnaire proviennent de contrats de service et de financement, explique Wiesenfelder. L’objectif du concessionnaire est donc de vous vendre non seulement une voiture, mais également un prêt automobile (ainsi que d’autres extras, comme une garantie prolongée). Si vous envisagez de payer de l’argent pour un nouveau véhicule ou d’obtenir un prêt automobile auprès des différents fournisseurs de prêt, Wiesenfelder vous suggère de ne pas suggérer votre méthode de remboursement pendant que vous marchandez sur le coût de la voiture. Industrie au sein de votre véhicule chez le même concessionnaire. La commercialisation de votre échange dans exactement le même concessionnaire peut vous placer dans une position plus puissante lors de la négociation d’un achat de véhicule neuf, en particulier sur le marché d’aujourd’hui. « Les concessionnaires réclament des échanges en ce moment, étant donné qu’il y a une énorme pénurie de véhicules d’occasion », précise Wiesenfelder. Avantage : si vous vendez votre voiture chez un concessionnaire au lieu de la vendre à une célébration personnelle, la plupart des États facturent une taxe de vente uniquement sur la différence entre le prix de votre échange et la voiture que vous achetez. Vous n’aimez pas marchander ? Laissez un expert le faire pour vous personnellement. Si vous n’êtes pas à l’aise pour discuter, pensez à engager un agent automobile qui facture des frais forfaitaires pour magasiner et discuter en votre nom. De nombreux agents automobiles sont d’anciens vendeurs de véhicules qui connaissent le métier de l’intérieur. Les frais d’un courtier automobile coûtent généralement entre 200 $ et 1 000 $, selon Autolist.com, cependant, vous diminuez généralement le prix de l’automobile d’un minimum du montant total que vous payez pour les services. Un seul service qui n’accepte pas les paiements des concessionnaires automobiles à l’arrière est certainement CarBargains à but non lucratif. Pour 250 $ pour tout achat de véhicule neuf ou 375 $ pour un loyer, vous spécifiez la marque, la conception et le degré de coupe du véhicule que vous désirez, et CarBargains stocke un minimum de cinq concessionnaires dans votre ville.

Une psychologie empirique

Philosophie de l’esprit, représentation autour de la mère nature des phénomènes psychologiques et particulièrement autour de la connexion de l’esprit vers le corps et avec le reste de la planète physique. La philosophie se concentre souvent sur les questions de loin les plus fondamentales concernant le type de problèmes : quelle est exactement la nature mère de l’élégance ? Qu’est-ce que c’est exactement d’acquérir des connaissances authentiques ? Qu’est-ce qui rend une motion vertueuse ou peut-être une affirmation vraie ? Ce genre de questions pourrait se poser à propos de nombreux noms de domaine particuliers, avec pour résultat qu’il y a des domaines entiers consacrés à l’approche de l’œuvre d’art (l’apparence), à ​​l’approche de la science, aux valeurs, à l’épistémologie (la pensée de la connaissance) , et à la métaphysique (étude concernant les meilleures catégories du monde). La philosophie des pensées s’intéresse particulièrement à des questions assez générales concernant le type de phénomènes mentaux : quelle est, par exemple, la nature mère de la croyance, de la sensation, de la compréhension, de la conscience et de la rencontre sensorielle ? Ces questions philosophiques sur la nature d’un phénomène doivent être distinguées des préoccupations à consonance comparable qui relèvent généralement davantage de la recherche empirique – comme la psychologie expérimentale – qui reposent de manière cruciale sur les résultats de l’observation sensorielle. Les psychologues empiriques se concentrent, en général, sur la découverte d’informations contingentes sur des individus réels et des animaux – des choses qui se trouvent être vraies, bien qu’elles aient pu finir par être fausses. Par exemple, ils pourraient se rendre compte qu’une substance chimique spécifique est lancée lorsque et seulement lorsque les individus sont effrayés ou qu’une certaine région du cerveau est activée au moment et juste au moment où les individus souffrent ou pensent à leurs pères. Cependant, le philosophe aimerait savoir si libérer cette substance chimique ou avoir son cerveau déclenché dans cette région est essentiel pour avoir peur ou être mal à l’aise ou avoir des idées sur son père : des êtres dépourvus de cette conception chimique ou crânienne particulière seraient-ils incapables de ces rencontres ? Est-il possible pour quelque chose d’obtenir de telles rencontres et d’être composé de n’importe quelle « matière », comme quand il s’agit de fantômes, comme beaucoup de gens l’imaginent ? En posant ces questions, les philosophes ont à l’esprit non seulement les possibilités (peut-être) lointaines des fantômes, des dieux ou des créatures extraterrestres (dont les constitutions physiques seront vraisemblablement très différentes de celles des humains) mais aussi et surtout une chance qui semble être se profile en fait plus grand dans la vie contemporaine – la possibilité d’ordinateurs conçus pour la pensée. Un ordinateur pourrait-il posséder une pensée ? Que considérerait-il de produire un ordinateur personnel qui pourrait avoir une pensée, une émotion ou une expérience spécifique ? Peut-être qu’un ordinateur personnel ne pourrait avoir des pensées que s’il était composé exactement des mêmes types de neurones et de produits chimiques que l’esprit humain. Mais cette suggestion peut sembler grossièrement chauvine, un peu comme dire qu’un être humain ne peut avoir des états mentaux que lorsque ses globes oculaires sont vraiment d’une certaine couleur. Cependant, certainement pas n’importe quel gadget informatique dispose d’un esprit. Que l’on crée bientôt des appareils qui sont sur le point de devenir des candidats sérieux pour avoir des états mentaux, se concentrer sur cette possibilité de plus en plus importante est un bon moyen de commencer à comprendre les types de questions traitées dans la philosophie de l’esprit. Même si les préoccupations philosophiques ont tendance à se concentrer sur ce qui est exactement faisable, essentiel ou essentiel, par opposition à ce qui est juste, cela ne veut pas dire que ce qui est exactement – c’est-à-dire les découvertes contingentes de la science empirique – n’est pas pertinent pour spéculation philosophique concernant les pensées ou un autre sujet. Certes, de nombreux philosophes pensent que la recherche médicale peut révéler l’essence, ou la « nature », de nombreuses maladies (par exemple, que la polio implique la présence active du virus informatique spécifique) ou que la chimie peut révéler le type de nombreuses substances (par exemple, que l’eau potable est H2O). Néanmoins, contrairement aux cas de maladies et de substances, les questions sur le type de pensée ne semblent généralement pas être imputables à la seule recherche empirique. A tout prix, aucun spécialiste empirique n’a su y répondre à la satisfaction d’un nombre suffisant d’individus. Les problèmes relèvent donc, au moins en partie, de la philosophie.

Envie d’un voyage dans l’espace

Parce qu’autrefois, les gens du monde entier ont étudié les cieux et utilisé leurs observations et explications des phénomènes astronomiques pour des raisons spirituelles et sensées. Certains rêvaient de quitter Planet pour découvrir d’autres mondes. Par exemple, le satiriste français Cyrano de Bergerac au XVIIe siècle a publié Histoire comique des états et empires de los angeles lune (1656) et Histoire comique des états et empires du soleil (1662 ; ensemble en anglais sous le titre A Voyage to the Moon : With Some Compte de la planète solaire, 1754), décrivant des voyages fictifs vers la Lune ainsi que la lumière du soleil. Deux générations plus tard, l’auteur français Jules Verne et le romancier et historien anglais H.G. Wells ont infusé leurs récits avec des descriptions de pièces extérieures et de vols spatiaux qui étaient constantes en utilisant la meilleure compréhension de l’époque. De la Terre à la Lune de Verne (1865 ; De votre Terre vers la Lune) et La Guerre des mondes de Wells (1898) ainsi que Initially Guys in the Moon (1901) ont utilisé des concepts technologiques pour expliquer les voyages dans les pièces et les expériences avec créatures extraterrestres. Pour pouvoir convertir ces images imaginaires de voyages dans une pièce en réalité, il avait été essentiel de développer un moyen pratique de contrer l’influence de la gravité terrestre. Au début du 20e siècle, la technologie des fusées éprouvées depuis des générations a atteint un niveau auquel il était abordable de penser à leur utilisation pour accélérer des objets à une vitesse suffisante pour se mettre en orbite autour de la planète et même pour fuir les forces gravitationnelles de la Terre. et voyager de la planète. La première personne à analyser en détail l’utilisation des fusées pour les vols spatiaux était l’instituteur et mathématicien russe Konstantin Tsiolkovsky. En 1903, son article « Exploration de la salle cosmique au moyen de dispositifs de réaction » a organisé plusieurs des principes du vol spatial. Jusqu’à sa mort en 1935, Tsiolkovski a continué à publier des recherches sophistiquées sur les aspects théoriques des vols spatiaux. Il n’a jamais accompagné ses articles de tests sensés en fusée, mais son travail a grandement influencé l’étude ultérieure des pièces et des fusées en Union soviétique et en Europe. Aux États-Unis, Robert Hutchings Goddard a commencé à penser à l’exploration de la pièce après avoir lu des fonctions telles que La guerre des mondes. Même jeune, il s’est consacré à se concentrer sur les vols spatiaux. Dans sa conversation de fin d’études secondaires en 1904, il déclara qu’« il est difficile de dire ce qui est extrêmement difficile, car le rêve d’hier est définitivement le souhait d’aujourd’hui et la réalité du lendemain ». Goddard a obtenu ses deux premiers brevets pour les technologies de fusée en 1914, et, avec le financement de votre Smithsonian Organization, il a publié un traité théorique, A Method of Reaching Extreme Altitudes, en 1919. Goddard déclare que les fusées pourraient être utilisées pour envoyer des articles dans la mesure où la Lune a été largement ridiculisée par le public, comme le New York Times (qui a publié une rétractation le 17 juillet 1969, le jour suivant la sortie de la mission initialement habitée vers la Lune). Par la suite, le déjà timide Goddard a réalisé une grande partie de son travail en clé, choisissant de breveter plutôt que de publier ses résultats. Cette approche a limité son impact sur la création de fusées aux États-Unis, même si les premiers programmeurs de fusées en Allemagne ont observé sa fonction. Dans les années 1920, étant professeur de physique à l’Université Clark à Worcester, Massachusetts, Goddard a commencé à expérimenter avec des fusées à carburant liquide. Sa première fusée, lancée à Auburn, Massachusetts, le 16 mars 1926, a augmenté de 12,5 mètres (41 pieds) et parcouru 56 mètres (184 pieds) depuis son point de départ. Le caractère bruyant de ses expériences rendait difficile pour Goddard de poursuivre son travail dans le Massachusetts. Avec l’aide de l’aviateur Charles A. Lindbergh et l’aide financière du compte philanthropique Daniel Guggenheim pour la promotion de l’aéronautique, il s’installe à Roswell, Nouveau-Mexique, voyage dans l’espace où de 1930 à 1941 il construit des moteurs et lance des fusées de complexité croissante.

Réduire sa fiscalité

Si votre facture fiscale est plus importante que prévu, vous pourriez avoir une autre mauvaise surprise : une pénalité pour paiement insuffisant. Les contribuables qui doivent 1 000 $ ou plus à l’Oncle Sam sont potentiellement assujettis à la pénalité. Mais il existe quelques moyens d’éviter ce double coup dur.

80% de renonciation
Pour cette seule saison fiscale, les contribuables qui ont payé au moins 80% de leur facture d’impôts 2018 peuvent échapper à la pénalité pour sous-paiement, a annoncé l’IRS fin mars. Normalement, les contribuables doivent payer au moins 90 % de la facture fiscale de l’année en cours pour éviter la pénalité.

Ce nouvel allègement supplémentaire intervient après que l’IRS a abaissé le seuil à 85 % à la mi-janvier. Une association d’experts-comptables et le Congrès ont fait pression sur l’IRS pour qu’il émette cette dérogation, et tous deux ont plaidé pour plus de soulagement, a déclaré Mark Luscombe, analyste principal chez Wolters Kluwer Tax & Accounting. (Avant l’annonce de la baisse à 80 %, l’IRS avait fait un pas de plus pour les agriculteurs et les pêcheurs : 15 avril.)

L’IRS a accordé l’allègement « en reconnaissance de la complexité pour l’année d’imposition 2018 », réalisant que de nombreuses personnes ne comprenaient pas pleinement comment les modifications apportées à la loi pourraient affecter leurs factures, a déclaré Eric Bronnenkant, responsable des impôts pour Betterment for Business.

Pour obtenir la dispense, vous devez remplir le formulaire IRS 2210, explique Gil Charney, Finandom directeur du Tax Institute chez H&R Block. Les instructions pour ce formulaire ont une feuille de travail pour déterminer l’admissibilité à la renonciation.

Les contribuables qui ont déjà déposé leurs déclarations mais qui ont droit à l’allégement élargi peuvent demander un remboursement de la pénalité en remplissant le formulaire IRS 843, selon l’IRS. Sur le formulaire, l’IRS indique d’inclure la déclaration « renonciation à 80 % de la pénalité fiscale estimée » à la ligne 7.

Si vous n’êtes pas admissible à l’allégement de 80 % (ou à une autre issue de secours), la pénalité est calculée sur la base du seuil normal de 90 %. Si vous avez payé 81 % de votre note, par exemple, il n’y a pas de pénalité pour paiement insuffisant ; si vous avez payé 79 %, vous êtes pénalisé selon les règles normales.

Onglet Année précédente
Si vous n’êtes pas admissible à l’exonération de 80 %, la prochaine étape consiste à examiner votre déclaration de revenus déposée l’année dernière. Votre facture fiscale totale pour 2017 était-elle inférieure ou égale à la taxe totale que vous avez payée pour 2018, y compris les retenues à la source et les paiements d’impôts estimés ? Si vous avez payé au moins 100 % de l’impôt de l’année précédente pour 2018 (ou 110 % si votre revenu brut ajusté est de 150 000 $ ou plus), protégez-vous de la pénalité pour paiement insuffisant pour 2018.

Atteignez le seuil approprié, et il n’y a « aucune pénalité du tout », dit Charney. C’est une « carte de sortie de prison ».

Méthode de versement
Pas de chance jusqu’à présent avec la qualification pour le soulagement? Aiguisez votre crayon. Le système fiscal américain est le « pay as you go », c’est-à-dire que vous devez payer de l’impôt sur vos revenus au fur et à mesure que l’argent entre en jeu. Mais si vos revenus et autres revenus imposables sont entrés de manière inégale au cours de l’année, le versement de revenu annualisé méthode pourrait réduire ou effacer la pénalité pour paiement insuffisant.

Avec cette méthode, vous calculez votre onglet d’impôt pour chaque trimestre. Donc, si un pic de revenu dans le quatrième trimestre vous a fait payer moins d’impôt, l’utilisation de la méthode des acomptes provisionnels limite la pénalité pour moins-payé à ce trimestre. « C’est assez compliqué. C’est essentiellement comme faire vos impôts quatre fois », explique Luscombe, mais c’est utile pour ceux qui peuvent affirmer qu’une plus grande partie de leurs revenus est venue en fin d’année. Pour plus de détails, lisez la publication 505 de l’IRS, Retenue d’impôt et taxe estimée.

Demande pardon
Si vous n’avez pas encore produit votre déclaration, faites-le avant le 15 avril pour éviter une pénalité pour défaut de produire. Si vous ne pouvez pas payer la totalité de la facture d’impôt, établissez un plan de paiement. Allez sur www.irs.gov/payments pour les options.

Si vous ne produisez pas à temps ou êtes pénalisé pour ne pas avoir payé le montant dû lors de votre déclaration, vous pouvez demander à l’Oncle Sam de vous accorder une pause. L’IRS peut renoncer aux sanctions pour les contrevenants primaires, dit Luscombe, mais « vous devez le demander ».

Pour être admissible au « premier abattement », vous ne devez avoir aucune pénalité fiscale pour les trois années d’imposition précédentes, toutes les déclarations requises ont été produites et avoir payé – ou pris des dispositions pour payer – tout impôt dû. « Essentiellement, vous devez avoir un dossier clair », dit Charney. Trouvez plus de détails sur IRS.gov.

Après avoir déposé votre déclaration de 2018, consultez votre onglet d’impôt prévu pour 2019. Le calculateur de retenue à la source sur IRS.gov peut vous aider à déterminer le montant d’impôt à retenir sur les chèques de paie ou les sources de revenu de retraite, ou le montant que vous devriez payer en impôt estimé. Envisagez de payer 100 % (ou 110 % pour les contribuables à revenu élevé) de votre impôt 2018 en 2019 pour éviter une surprise lors de la déclaration de vos impôts l’année prochaine.

Le problème de la régulation bancaire

Parler de signal et de bruit : l’effusion de commentaires qui a marqué le dixième anniversaire de la catastrophe de Lehman l’automne dernier ressemblait surtout à n’importe quelle autre célébration de l’établissement. Les décideurs politiques actuels et anciens se sont joints à des dirigeants politiques et à d’éminents banquiers pour vanter à quel point une action rapide et décisive des banques centrales et des ministres des Finances avait sauvé le monde, tout en offrant l’assurance que les marchés financiers étaient désormais beaucoup plus sûrs grâce aux réformes supervisées par des régulateurs vigilants.

Tout comme à l’approche de la catastrophe initiale, la presse a surtout joué le jeu. Ses histoires ont presque unanimement crédité les prétentions des autorités au statut héroïque tout en évitant les questions sur la façon dont ces mêmes décideurs avaient permis à la situation de devenir si incontrôlable en premier lieu ou pourquoi l’assurance «payeur unique» était acceptable pour le secteur financier mais pas quelqu’un d’autre.

En arrière-plan, cependant, était un nouveau thème plus sombre : que les réformes post-2008 étaient allées trop loin en restreignant pouvoir discrétionnaire des décideurs en cas de crise. Le trio le plus responsable de la révolution du plan de sauvetage post-Lehman – Ben Bernanke, Timothy Geithner et Henry Paulson – a exprimé ses doutes dans un éditorial conjoint :

Mais dans ses réformes d’après-crise, le Congrès a également emporté certains des outils les plus puissants utilisés par la FDIC, la Fed et le Trésor… les pouvoirs de prêt ont été limités et le Trésor ne serait pas en mesure de réitérer sa garantie des fonds du marché monétaire. Ces pouvoirs ont été essentiels pour arrêter la panique de 2008… Le paradoxe de toute crise financière est que les politiques nécessaires pour l’arrêter sont toujours politiquement impopulaires. Mais si cette impopularité retarde ou empêche une réponse forte, les coûts pour l’économie deviennent plus importants. Nous devons nous assurer que les futures générations de pompiers financiers disposent des pouvoirs d’urgence dont elles ont besoin pour éviter que le prochain incendie ne devienne un incendie.

Les craintes de Sotto voce de ce genre remontent aux premières discussions sur la réforme. Mais la question a fait surface de façon dramatique dans la conférence Per Jacobsson de Timothy Geithner en 2016, « Sommes-nous plus sûrs ? Les arguments en faveur du renforcement de l’arsenal de Bagehot. Plus récemment, le Groupe des Trente a avancé des suggestions similaires-pas trop surprenant, puisque Geithner était co-chef de projet du rapport, avec Guillermo Ortiz, l’ancien gouverneur de la Banque centrale mexicaine, qui a présenté l’ancien secrétaire au Trésor à la Per Conférence Jacobson.

Hormis l’effondrement financier lui-même, rien n’a probablement autant ébranlé la confiance du public dans les institutions démocratiques que la vague de renflouements au lendemain de l’effondrement. La redistribution des richesses et des opportunités que les plans de sauvetage ont apportée a sûrement contribué à alimenter les poussées populistes qui ont déferlé sur l’Europe et les États-Unis au cours de la dernière décennie. Le spectacle des décideurs politiques approuvant des sommes littéralement illimitées pour les institutions financières tout en prêcher l’importance de l’austérité pour tout le monde a été insupportable pour des millions de personnes.

Surtout dans les systèmes politiques axés sur l’argent, le fait d’accorder aux décideurs un pouvoir discrétionnaire illimité court aussi clairement des risques sérieux. En termes simples, les banques trop grosses pour faire faillite profitent d’une situation exceptionnellement splendide de « face je gagne, face vous perdez » lorsqu’elles prennent des risques. Les chercheurs dont INET a soutenu la recherche, notamment Edward Kane, ont montré comment la certitude des renflouements gouvernementaux profite aux grandes institutions financières, affectant directement les prix de leurs obligations et actions.

Pour ces raisons, INET a convoqué un groupe d’experts lors d’une réunion préparatoire du G20 à Berlin sur les « Problèmes de risque moral dans les filets de sécurité financière étendus ». Les présentations Power Point des trois panélistes sont présentées dans l’ordre dans lequel elles les ont données, puisque ces derniers commentent parfois l’analyse d’Edward Kane sur les banques européennes. Kane, qui a inventé le terme « banque zombie » et qui a sonné les premières alarmes au sujet de l’épargne américaine et prêts, analysé les banques européennes et comment les régulateurs, y compris la Réserve fédérale américaine, les soutiennent. Peter Bofinger, professeur d’économie internationale et monétaire à l’Université de Würzburg et membre sortant du Conseil économique allemand, a suivi avec une discussion sur la façon dont le système a changé depuis 2008. Helene Schuberth, chef de la division de la recherche étrangère de l’Institut national autrichien Bank, a analysé les changements intervenus dans le système de gouvernance financière mondiale depuis l’effondrement.

Le panel a eu lieu alors que le débat public sur un projet de fusion entre deux banques allemandes géantes, la Deutsche Bank et la Commerzbank, atteignait son paroxysme. Les panélistes ont exploré des questions directement liées à de telles fusions, sans nécessairement être d’accord entre eux ou avec qui que ce soit à l’INET.

Mais le point que Robert Johnson, président d’INET, et moi-même avons soulevé il y a quelques années, au milieu d’une précédente vague de discussions sur l’utilisation de l’argent public pour renflouer les banques européennes, reste dans l’objectif :

Nous ne sommes que des observateurs intéressés du bras lutte entre les différents pays de l’UE sur les coûts des sauvetages bancaires, les dépenses de l’État, etc. Mais nous pensons qu’il y a une leçon claire de la longue histoire de la façon dont les gouvernements ont traité les faillites bancaires…. [Si] l’Union européenne doit intervenir pour sauver les banques, il n’y a aucune raison pour qu’elle le fasse gratuitement… la meilleure pratique en matière de sauvetage bancaire est de sauver les banques, mais pas les banquiers. C’est-à-dire, empêcher le système de s’effondrer avec toutes les nombreuses années de pertes économiques que cela entraînerait, mais expulser les responsables et s’assurer que le public soit remboursé pour avoir sauvé le système financier.

Le moyen le plus simple d’y parvenir est de demander à l’État de prendre des participations dans les banques qu’il sauve et d’amortir proportionnellement les capitaux propres des actionnaires des banques. Cela peut se faire de plusieurs manières : prise de participation directe comme condition de renflouement, exigence de mandats pouvant être exercés ultérieurement, etc. « mauvaise banque » et gardez les déchets pendant un intervalle décent afin que le reste du marché ne s’effondre pas. Lorsque les banques reviennent à la rentabilité, vous pouvez encaisser les bons de souscription et vendre les actions si vous n’aimez pas la propriété de l’État. De cette façon, le public récupère son argent… parfois, les États ont même fait des bénéfices.

En 2019, une autre question, hélas, est également perçante. Pays après pays, les partis sociaux-démocrates de centre-gauche se sont réduits, dans de nombreux cas, presque à néant. En Allemagne, le SPD donne tout signe de suivre le Parti socialiste français dans l’oubli. Une coalition gouvernementale dans laquelle le SPD détient le ministère des Finances envisagerait-elle même autre chose que de garantir au public un énorme avantage s’il sauve deux institutions défaillantes ?

Le Japon s’enfonce dans la récession

Le climat économique du Japon est en train de flirter avec la récession, et le nouveau coronavirus pourrait y faire pression. La troisième économie mondiale en importance a diminué de 1,6% au cours du 4ème trimestre 2019, selon une estimation du gouvernement lancée lundi. La diminution par rapport à votre troisième trimestre est certainement la plus grande contraction depuis 2014. La diminution a été beaucoup plus sévère – un bond de 6,3% – lorsqu’elle est mesurée comme étant un prix annualisé. Le fait que le développement ait ralenti au cours des 90 jours précédant décembre n’a pas été une surprise. Les analystes s’attendaient à ce que le pays absorbe une hausse de l’impôt sur le revenu et soit aux prises avec toutes les conséquences du typhon Hagibis, une forte tempête qui a frappé la chute finale du pays. Mais les données de lundi étaient plus sérieuses par rapport à la baisse de trimestre en trimestre de 0,9% que les analystes attendaient de Reuters. Ainsi que la propagation dans le coronavirus menace désormais de supprimer les espoirs d’obtenir une guérison dans le premier trimestre. « Une récession semble désormais presque inévitable », a déclaré Robert Carnell, économiste en chef et cerveau d’études pour Parts of Asia Pacific chez ING. Avant l’épidémie, le Japon avait déployé des efforts pour améliorer son climat économique. Les professionnels d’Oxford Business Economics ont fait remarquer qu’un formidable accord de relance de 120 milliards de dollars publié par le gouvernement fédéral en décembre devait soutenir la mise en place d’un terrain en deçà de la croissance. Mais ils ajoutent que les risques d’épidémie retardent la guérison. Le malware a touché plus de 71 000 personnes dans le monde, généralement en Extrême-Orient, exactement à l’origine. La Chine compte plus de 400 cas prouvés, dont la majorité ont été documentés à bord d’un bateau de croisière amarré au large de la ville japonaise de Yokohama. L’étalement dans la situation est un problème mondial en raison de l’importance de l’Extrême-Orient vers l’économie mondiale. Une fois que la pandémie de SRAS a éclaté en 2004, l’Asie représentait près de 4% du PIB mondial. Aujourd’hui, il peut représenter 16% de la productivité internationale et constitue également le fondement des chaînes d’approvisionnement mondiales. Il abrite également un nombre incroyable de clients riches qui consacrent beaucoup d’argent à des articles de luxe, des vacances et des véhicules. Les dommages aux voyages et aux loisirs sont vraiment un problème majeur pour le Japon, qui a apprécié 8,1 zillions de touristes orientaux il y a un an, sur la base de la China Nationwide Travel and Leisure Business. De plus en plus de personnes venaient d’Asie que dans une autre région. Les analystes de Daiwa s’attendent à ce que l’hébergement, les restaurants et les magasins se débarrassent de leurs revenus si les dépenses des clients orientaux se tarissent. Carnell, d’ING, a écrit lundi que ce coronavirus pensera probablement à un bombardement d’acheteurs ce trimestre, contribuant à la possibilité que l’économie japonaise entre en récession. ING prévoit une baisse du PIB de 1,1% par rapport à 2020. « Un ralentissement économique semble désormais presque inévitable », a déclaré Robert Carnell, économiste principal et cerveau d’études pour les régions d’Asie-Pacifique chez ING. La propagation de la condition est un problème mondial en raison de l’importance cruciale de la Chine pour l’économie mondiale. Une fois que l’épidémie de SRAS a éclaté en 2004, l’Extrême-Orient représentait environ 4% du PIB mondial. Elle représente désormais 16% de la productivité mondiale et constitue l’épine dorsale de la production mondiale de chaînes d’approvisionnement. C’est aussi l’endroit idéal pour trouver d’innombrables millions d’acheteurs prospères qui consacrent beaucoup d’argent aux produits de luxe, aux vacances et aux automobiles. L’effondrement des vacances est en fait un problème important pour le Japon, qui a accueilli 8,1 mille visiteurs chinois l’année dernière, selon la China Nationwide Vacation Organisation. De plus en plus de personnes sont venues d’Asie que tous les autres pays. Les experts de Daiwa s’attendent à ce que l’hébergement, les restaurants et les magasins se débarrassent de leurs revenus si les visiteurs asiatiques se tarissent. Carnell, d’ING, a écrit lundi que le coronavirus pèsera probablement sur les bombardements des acheteurs ce trimestre, entraînant la probabilité que l’économie japonaise entre en récession. ING prévoit une baisse du PIB de 1,1% par rapport à 2020.

Survivre au coeur de la nature

Il y a encore 2 heures de soleil, suffisamment de temps pour vraiment revenir au camp, à condition qu’il puisse penser que c’est le cas. Jason Rasmussen force via une section supplémentaire de nettoyage, à la recherche de sa tente et de ses fournitures. Il doit avoir traversé son camp il y a des heures. Au lieu de cela, il fait de la randonnée depuis juste avant midi. Il est presque 4. Au moins, la pluie n’a pas repris, pense-t-il. Il traverse une autre épaisse zone de forêt, souhaitant trouver la longue étendue hors de l’eau, le lac mince à l’extrémité nord duquel il a campé. S’il parvient à la trouver, il pourra retrouver sa tente. S’il est capable de placer sa tente, il peut allumer un feu, se libérer de ces vêtements mouillés et aussi avoir quelque chose à manger. À ce moment-là, ils savent que les repas lui permettront de se sentir beaucoup mieux. Il peut actuellement déguster la volaille teriyaki gastronomique lyophilisée. Et si je ne découvre pas la tente? Il ne se laisse pas considérer la dévastation. Ils savent qu’il est vraiment insensé de se châtier pour ne pas avoir emballé des allumettes dans sa ceinture, avec les craquelins, le thon, le sifflet et la lame. Idiot, pense-t-il, avant de pouvoir étouffer l’idée. Il fait une pause, ouvre sa ceinture et fouille de nouveau son contenu. Il tapote son manteau et les poches de son pantalon, juste pour être sûr. Pas de costumes. Bushwhacking dans les bois humides l’a laissé trempé et froid. Mais s’il découvre le lac. . . . 20 mètres en avant, il reconnaît l’éclairage. Il y a une pause dans la limite des arbres! Ils ont enfin découvert cette étendue d’eau cachée. Il s’accorde un bref moment d’espoir. Il force à travers le bord de la brosse. Un sentiment d’implication divine, de délivrance commence à l’envahir. Il peut pratiquement vraiment sentir la chaleur de son feu. Il jaillit du mur forestier et le voit: une tourbière supplémentaire. Il est stupéfait. Il le regarde, se demandant quand ce n’est qu’un rêve. Un cauchemar. Sa 3ème tourbière en 2 jours! Il apparaît sur toute sa surface. Celui-ci semble plus fort que les deux qu’il a croisés hier soir. Et c’est plus étroit. Il semble rester, mais la surface plane et sans arbres de la tourbière s’étend aussi loin qu’il est capable de voir. Il regarde vers la droite et reconnaît le même écart interminable. Il n’y a absolument aucun moyen qu’il puisse s’y promener. Pourtant, il semble sûr que juste au-delà de cette tourbière, il fera l’expérience du lac – son lac – qui s’étend avant son campement comme un large boulevard clair. Mais les tourbières sont dangereuses. Jason Rasmussen n’est pas un randonneur expérimenté dans la nature, mais ils le savent. Les tourbières sont des masses de plantes flottantes, des rivières et des îles de bosses de pelouse planant. Ils peuvent être ancrés dans des zones, donnant au sol une apparence d’entreprise. Vous pouvez poser vos pieds sur ce qui semble être un sol solide. Et cela peut sembler fort. Cependant, lorsque vous lui donnez tout votre poids, la mince surface végétale peut soudainement bâiller et se désintégrer, et vous pouvez tomber comme un rocher et rouler dans n’importe quelle profondeur d’eau située en dessous. Jason envisage la rupture inattendue, le plongeon, la sensation d’apesanteur de tout son corps parce qu’il tombe dans l’eau potable froide – n’entrant pas en contact avec les coups de pied vers la surface alors qu’il regarde au poignet la dernière lueur du soleil disparaître parmi la lèvre de sphaigne qui ferme surface. Se produire, il se rattrape. Mettez la main sur vous-même. Qu’est-ce qui se passe avec la négativité? Il se souvient du succès d’hier dans la tourbière. Et Jason sait qu’il doit passer par là. Il n’y a pas d’autre moyen. Ils connaissent son lac, son campement et ses matériaux de relaxation juste après la prochaine augmentation. Il peut vraiment le sentir. Et l’après-midi avance. Il ou elle est froid, mouillé, survie Toulon Var épuisé et affamé. Les mouvements Tootsie qu’il a consommés il y a plus d’une heure ont fait de petits pour calmer le grognement de son estomac. Il demande un chèque adhérer. Il ramasse une longue branche de mélèze laricin et la taille jusqu’à un solide poteau de cinq pieds. Il fait son premier pas en poussant la pelouse et la fougère de la tourbière. Cela donne, mais à peine. Il agit dessus. Il conserve. Tout au long de l’écart de 20 pieds, il est capable de voir de nombreuses marques de poche pleines d’eau noire. Mais il est également capable de voir un certain nombre de points d’ancrage probables à travers le labyrinthe en nid d’abeille. Il force sa barre de contrôle devant. Il trouve une autre société et marche dessus. Cela donne, mais tient. Il continue à traverser la tourbière, en effectuant d’abord des essais avec sa longue perche. Deux fois les gros employés rompent avec la surface herbeuse. Chaque fois qu’il fait marche arrière, il sélectionne les itinéraires locaux de modification vers la gauche et après cela, il recherche un sol plus solide. Les deux fois, il avance. Enfin, il vient à l’intérieur de 7 pieds du bord de manière significative. Trop loin pour sauter. Il pousse le poteau vers l’avant, filtrant, sondant la surface emmêlée. Il conserve. Il se rend compte qu’il peut sauter de sa place actuelle, planter un pied sur le patch solide et réduire la distance entre ce monticule ainsi que l’avantage de la tourbière d’un pas fort.

Ils souhaitent débarrasser les détritus de l’espace

Astroscale, une organisation fondée par le japonais Nobu Okada, a atteint un objectif audacieux: concevoir et exploiter des satellites qui élimineront les particules produites par les gars dans la pièce. L’objectif de cette entreprise est important: éviter un accident tragique dans l’espace qui pourrait paralyser les systèmes de transfert, de défense et de télécommunications du monde. En seulement plus de 50 ans d’investigation et de conquête de salles, nous avons dirigé plus de 5 000 satellites dans l’espace, ce qui a conduit à environ 42 000 éléments suivis encerclant l’orbite de la Terre, selon la Western Space Agency (ESA). « Mais beaucoup de ces satellites, à chaque fois qu’ils ont échoué ou qu’ils ont fait leur vie, sont restés dans l’espace sous forme de particules », a expliqué EJ Understanding dans un entretien avec Chris Blackerby, responsable du groupe de personnes d’Astroscale. « Dans notre atmosphère orbitale, vous pouvez trouver un demi-million de bits de particules [aussi petites que] 1 millimètre, et environ 22 000 à 23 000 pièces qui peuvent être supérieures à 10 centimètres. » Ce qui est encore pire, c’est le fait dans le prochain un décennie, environ 6 200 minuscules satellites vont être introduits en orbite, selon les estimations du consultant régional Euroconsult en 2018. La NASA déclare qu’il y a environ 500 000 éléments de débris, de satellites vieillis et de fusées planant dans le monde entier, tournant à un rythme de 18 000 miles par heure (8 kilomètres pour chaque prochaine). Un crash pourrait briser immédiatement un satellite de plusieurs millions d’argent. Et ne présumez jamais que les dirigeants de la salle du monde commenceront le nettoyage en profondeur. Chacune des ordures spatiales dérivantes, telles que les satellites disparus, les fusées brûlées et les déchets jetés par les astronautes, peut éliminer des satellites coûteux, cruciaux pour le commerce et idéaux sur le plan géopolitique, et déclencher la dévastation de plusieurs millions de dollars d’appareils spatiaux. Plus grave, une réaction en chaîne de destruction pourrait fournir des anneaux entiers d’orbite terrestre réduite non navigables pour les satellites, détruisant les systèmes satellites sur lesquels nous comptons pour des choses comme le système Gps, les prévisions météorologiques et la radiodiffusion. Astroscale, dont le siège est à Tokyo, se situe entre une petite sélection d’entreprises rivalisant pour obtenir la première à développer une approche commerciale viable pour minimiser les particules orbitales et enregistrer une industrie peu commune, mais potentiellement lucrative. «Nous devons régler simultanément les technologies, le modèle d’organisation et le problème de la réglementation», a déclaré Blackerby, décrivant les 3 facettes importantes du fonctionnement actif d’Astroscale pour nettoyer les déchets de la zone. La solution technologique moderne de la société consiste à installer une plaque d’accueil ferromagnétique spécialement conçue sur les satellites qui est souvent focalisée et capturée par une voiture «chaser» conçue avec un bras gauche robotisé et un mécanisme de capture magnétique. Le but serait de tirer les satellites disparus plus bas vers l’environnement de la Terre, exactement là où le chasseur et le satellite brûleront. Astroscale crée un camion de démolition de satellites appelé «ELSA-d», qui signifie «Fin des services professionnels d’existence par démonstration d’Astroscale». «Nous introduisons l’objectif en 2020, qui comprend deux engins spatiaux: un satellite de service et un satellite simulant un peu de débris, pour une série d’évaluations incluant la gestion de la navigation de guidage (GNC), l’examen, le rendez-vous avec le culbutage et le non -tumbling technologie d’élimination des particules », a déclaré Blackerby alors qu’il nous a révélé un robot de salle de type moissonneuse qui effectuera des travaux. Bien qu’il soit certainement beaucoup trop tard pour installer des antennes paraboliques sur des satellites déjà dans la pièce, Blackerby espère que les entreprises qui travaillent sur des systèmes de satellites auront besoin des services d’Astroscale, peut-être pour rendre leurs orbites sans risque ou pour se débarrasser des satellites défectueux ou disparus de l’espace. L’organisation essaie de montrer une idée appelée «service par satellite», qui n’est pas une option pour les opérateurs de satellites pour le moment simplement parce qu’après avoir lancé un satellite en orbite, ils n’ont pas l’intention de l’atteindre à nouveau.